Rémy Louchart

vidéaste et peintre – est passé en résidence en août 2013 dans la Cabine au PAD (…) Ayant une pratique vidéo depuis plusieurs années, son travail oscille entre fiction, documentaire, farce sérieuse et implique régulièrement sa famille. Le spectateur est sans cesse perdu. »

CECILE BENOITON, 2013.


Je fais de la peinture et des vidéos même si ce sont un peu des vidéos de peintre et pas tout à fait des peintures : il y a un problème de distribution du medium et, à l’arrivée, les tableaux sont assez rares. Je parle de la nomenclature des choses de l’art, les grands classiques comme l’inachèvement, la question de l’existence de l’oeuvre ou de l’artiste, la datation, la famille d’artistes. N’étant pas écrivain, j’utilise de très petites structures de langage que l’on retrouve par exemple dans le rôle que tient la parole dans mes vidéos. Elle vient suppléer les insuffisances de l’image et permet à l’ensemble de la construction de tenir debout, d’une seule pièce.

sans titre 5 est un dessin de ma fille. L’ordinateur a automatiquement attribué un numéro, le 5, à ce Sans titre (plusieurs portaient déjà ce nom). La liste est, en réalité, discontinue: Sans titre (2), Sans titre (3), Sans titre (4), Sans titre (5), Sans titre (abstrait), Sans titre (Manu), Sans titre 4, Sans titre II et Sans titre. Des Sans titre sont manquants qui correspondent aux dessins supprimés. Le nom est arbitraire (je l’ai choisi) et aléatoire (l’ordinateur a attribué un numéro).

Sans titre 5 correspond à l’esprit de l’exposition ; « on pourrait très bien accéder directement au bâtiment, sans faire le détour » (Andô, & Nussaume, 2014, p. 205).

Sans titre 5 n’est pas un Sans titre. Le 5 n’est pas un numéro, il fait partie du nom. Sans titre 5 est (enfant) unique.


Andô, T., & Nussaume, Y. (Éd.). (2014). Pensées sur l’Architecture et le paysage. (1ère éd., …version française). Traduction française par C. Cheval & Y. Nussaume. Paris : Arléa.